Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 16:04

 

 

Des amis m’ont fait parvenir, par mon blog, deux articles de Michel Onfray concernant la Corse (« Le romantisme des rebelles »1 et « Corse nocturne, Corse solaire »2). L’un de ces textes me citant à plusieurs reprises, il me donne l’occasion de livrer ici quelques éléments de réponse. Non que l’auteur fasse preuve de malhonnêteté lorsqu’il rend compte de nos conversations d’il y a quelques années. Ce n’est pas le cas. Seulement, lorsque je me rappelle nos échanges, je suis étonné du ton et du contenu de ces deux récentes publications. Il me semble bien qu’à l’époque, Michel Onfray se montrait moins péremptoire, plus ouvert, y compris au sujet de la lutte nationale corse. Une explication à ce changement d’attitude semble apparaître dans son second article, lorsqu’il évoque « la petite poignée d’Ajacciens » qu’il fréquentait, et qui l’ont, dirait-on, lourdement déçu. C’est fâcheux, mais cela ne devrait pas le conduire à jeter tout le monde dans le même sac, d’autant que, d’après ce que nous croyons en savoir, son entourage corse de l’époque était pour le moins éloigné du mouvement national.

Sortons donc de l’anecdote pour entrer dans le vif du sujet.

Tout d’abord, il faut prendre acte d’une position énergiquement exprimée par Michel Onfray : « Là où sévit le colonialisme, là où se manifeste la dictature, je souscris à l’usage des armes, de la force et de la violence… » Si je m’en tiens à l’étymologie du mot violence (« violentia » : abus de la force), ma position sera plus mesurée que la sienne : dans le cas qu’il évoque, je crois légitime d’user de la force et des armes, jamais d’en abuser. S’agissant de la question corse, il me semble que si la force et les armes ont été utilisées de part et d’autre (avec, toutefois, des moyens peu comparables), l’abus a été du côté de la France, depuis l’annexion brutale du XVIIIe siècle jusqu’aux juridictions d’exception d’aujourd’hui.

Par ailleurs, lorsque Michel Onfray évoque la liberté de la presse et de l’édition françaises, je suis quelque peu surpris de le voir prendre le contre-pied de tant de journalistes parisiens, peu suspects de velléités révolutionnaires, qui se plaignent de graves dérives à cet égard, particulièrement ces dernières années.

Ma surprise devient stupéfaction lorsque l’auteur, évoquant « les cultures minoritaires bafouées ou combattues par des Etats jacobins, centralisateurs et négateurs d’identités marginales. », se refuse à faire entrer dans ce cadre les relations entre la Corse et l’hexagone. Que notre culture soit bafouée ne me paraît pas objectivement douteux. Que l’Etat français soit jacobin et centralisateur est une évidence que je n’ai jamais entendu contester, pas même par Jean-Pierre Chevènement !

Je passe sur le ton méprisant adopté dans le paragraphe sur la langue corse : « …les chanteurs qui travaillent aux PTT ou aux impôts, et poussent la mélodie polyphonique le dimanche en se tenant une oreille… ». Nous ferons comme si cette phrase n’avait jamais été écrite. Cher Michel Onfray, je peux concevoir que certains de vos amis corses vous aient déçu. Ce n’est pas une raison pour sombrer dans une caricature proche du racisme. Les arguments que vous avanciez il y a quelques années étaient d’un autre niveau.

« La langue corse sous perfusion » : voilà un argument plus sérieux dans la forme mais en réalité tout à fait spécieux. Notre langue a été volontairement et systématiquement déracinée depuis la conquête française. Pour ce faire, ce sont - à travers l’administration de « l’Education nationale » - des moyens politiques et financiers considérables qui ont été mis en œuvre. Depuis quelques années, sous la pression du mouvement national, Paris a dû consentir à infléchir légèrement sa démarche à cet égard. Mais les modestes sommes investies pour la langue corse n’ont, à défaut d’officialisation de cette dernière, aucune chance de la sauver, comme le confirme un récent rapport commandé par l’Assemblée territoriale. Le cas de la Catalogne sud montre comment l’officialisation peut réanimer puis développer une langue, en en faisant un vecteur de promotion sociale. Reprocher, comme semble le faire Michel Onfray, le manque de vitalité d’une culture que son pays a tout fait pour détruire, relève soit de l’inconséquence soit d’un cynisme effrayant. Dans le doute, nous retiendrons - non sans indulgence - la première hypothèse.

S’agissant des actions « faussement guerrières, vraiment ludiques » des indépendantistes, actions qui ne les conduiraient pas à « risquer leur peau », il convient de rappeler que de nombreux militants sont morts et qu’une centaine sont actuellement en prison. À cet égard, Michel Onfray devrait se garder de ressembler à ces « intellectuels en chambre qui excellent à placer leur fauteuil dans le sens de l’histoire » qu’il dénonçait au seuil du même article.

Par ailleurs, contester que la Corse a été et demeure une nation  (alors que le roi de France qui l’a annexée le reconnaissait lui-même dans ses édits !) paraît relever, au mieux, d’une méconnaissance de la réalité, tout comme ces cocasses clichés sur le sort des femmes corses « réduites au rôle de cuisinières, de mères de familles ou utiles pour le repos du guerrier », clichés qui n’auraient pas même trouvé leur place dans un ouvrage - sérieux - du XIXe siècle.

L’honnêteté commande de relever également quelques phrases où affleure le doute : « Après tout, l’homme corse, qui vit debout, vaut mieux que l’homme postmoderne des sociétés industrielles qui vit couché, sinon vautré. » Dont acte.

Par ailleurs, Michel Onfray se garde de reprendre une thèse assénée depuis fort longtemps par de nombreux politiques ou « intellectuels » français : celle d’une infime minorité de nationalistes parvenant à éclipser, par leur activisme forcené, la volonté quasi-unanime des Corses de devenir de bons français. Michel Onfray semble reconnaître que l’état d’esprit qu’il entend fustiger est celui des Corses en général, ce qui tend à prouver que la Corse n’est pas la France. Et au fond, n’est-ce pas là l’essentiel ?

Au total, l’auteur vaut certainement mieux que ces deux textes, inspirés par l’amertume d’une relation avortée avec notre pays.

Il ne tiendrait qu’à lui de renouer les fils d’une conversation qu’il avait voulu initier, il y a quelques années, avec l’âme corse.

À condition qu’il revienne en ami et non en donneur de leçons.

 

Jean-Guy Talamoni  

 

1.LeChroniqueur,http://www.globenet.org/chroniqueur/02/rubriques/grand_angle2.html

2. Siné Hebdo, http://img201.imageshack.us/img201/9826/onfraycorse.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-guy talamoni - dans Articles politiques
commenter cet article

commentaires

coccodi 28/04/2009 17:38

au fait... Bravo à Gaëlle, sa réponse est parfaite, equilibrée, méchante comme il faut, acerée, pointue, précise. Et aussi brillante ! Tout est dit.

coccodi 25/04/2009 11:57

Avete tutti datu troppu impurtanza à ssu tippu, à " l'epica " !
je ne l'ai jamais vu moi comme un philosophe ou un grand penseur, encore moins comme un révolutionnaire (la preuve: il soutient besancenot). Ce n'est (et c'est déjà bien) qu'un intellectuel, à la limite un journaliste, un commentateur, un essayiste qui se plait à penser qu'il prend à contre-pied la "morale bourgeoise" en baisant à couilles rabattues et en bouffant du caviar à la louche à St-Germain... En ce sens c'est un grand bourgeois lui-même, heritier des dandys voyageurs du siècle dernier picorant de droite à gauche, s'entichant un jour pour rejeter le lendemain. Il cite Byron et ça ne m'étonne pas. Il est un petit français incapable de remettre en cause sa grande nation surtout quand elle est bousculée par une autre, pauvre, de 300 000 personnes... il est à 1000 lieues de nos préoccupations, de toutes façons il a déjà tourné la page, il est passé à autre chose. Ce matin il s'est levé à 10 heures, a avalé des oeufs brouillés au Flore, est retourné faire la sieste devant son ordinateur en révant de la fête où il pourrait ingurgiter du champagne ce soir...

Anne Marie 20/04/2009 19:25

Félicitations magnifique réponse.

Gaëlle BERNARDINI 20/04/2009 19:19

Je vous trouve bien aimable avec ce pseudo-intellectuel auto proclamé qui semble confondre impertinence, humour et satire avec insulte, racisme primaire et mensonges éhontés. Onfray ne semble trouver dans sa soi-disant quête d'hédonisme qu'un plaisir malsain à s'en prendre à autrui, jouissance atteignant manifestement son apogée lorsqu'il s'en prend, d'un coup d'un seul à un Peuple entier.
Pensant éviter le ridicule il prend tout de même la peine de préciser qu'il existe des luttes défendables, donnant aux Peuples dont il parle (sans jamais les citer) son accord pour le combat. Faut-il qu'il soit confit de prétention et d'arrogance crasse pour penser un seul instant que son avis à un quelconque intérêt pour ces fameux Peuples? Dans l'article de son blog il exprime de façon pas même voilée qu'il hiérarchise les Peuples et qu'il en est des plus méritant que d'autres. Ce genre de théorie n'est pas sans rappeler les plus sombres heures de l'Europe.
Le mépris affiché pour le Peuple Corse est vite remplacé par une diarrhée verbale haineuse à notre encontre. Au fil de ces deux articles il affirme clairement que le Peuple Corse serait violent parce que consanguin : "logique de rapports incestueux" ; "la difficulté de quitter l'île [...], la concentration de population [...], pour ces raisons l'absence de brassage des hommes [...] produit un monde rempli de traditions complices d'une idéologie dangereuse [...] Tout cela me semblait bien saturé de pulsions de mort".
Pour aucun autre Peuple de la planète de tels propos n'auraient été acceptés sans une massive levée de boucliers de toutes les associations possibles et imaginables. Mais il semblerait que la Corse soit bel et bien le paillasson de la france.
Aucun des clichés les plus nauséabonds à faire pâlir de jalousie un ivrogne de pmu ne nous aura été épargné : de la femme debout dans la cuisine à l'omerta, en passant par la violence génétique et la fourberie bien connue du Corse. Le fantasme Colomba dont parle onfray n'a d'existence que dans son cerveau malade. Mais malade de quoi au juste? Qu'est ce qui peut pousser ce philosophe au rabais à nous en vouloir à ce point? Peut-être lui a-ton refusé le permis de construire d'un château secondaire sur un site remarquable, allez savoir...
En tout état de cause, onfray, qui se prétend libertaire, semble bien assujetti au pouvoir ultra-jacobin à la française et quand il affirme de façon péremptoire que la culture Corse est agonisante, je lui répondrai que la france de Jean-Jacques Rousseau a fini par accoucher de michel onfray. Si ce n'est pas de l'agonie intellectuelle, alors il n'y a plus rien à dire.

Gaëlle BERNARDINI

Anto' 20/04/2009 18:20

Quelle facilité ont tous ces pseudo intellos à aller dans le sens du vent ..

Présentation

  • : Jean-Guy Talamoni
  • Jean-Guy Talamoni
  • : Jean-Guy Talamoni est avocat. Président de l'Assemblée de Corse, il a publié deux ouvrages politiques, "Ce que nous sommes" (Ramsay/DCL, 2001) et "Libertà" (2004), ainsi que trois livres sur la langue corse.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens