Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 20:08

 

Si sà chè à u Corsu, li piace assai à macagnà l’abitanti di i paesi vicinu. À a Petra, per indettu, si dice chì, un ghjornu chì u focu era ghjuntu in Chjatra, in vece di lottà contru à l’incendiu i Chjatresi facianu una prucessiò cantendu : « Para Sà Roccu chì brusgia Chjatra ! ». Cusì dicia Mammone, chì a so mammone li avia cuntatu issu fattu…1 Per vindicassi, i Chjatresi ne dicianu una bella nantu à i Perdulacci : quessi, cirvavanu a luna ind’u pozzu ! U focu per Chjatra è l’acqua per a Petra… Hè vera chì à quell’ epica – e cose anu cambiatu, ancu di grazia – Chjatresi è Perdulacci s’accurdavanu quant’è sti dui elementi !

Ma issa storia di luna ind’u pozzu si ritrova appena in ogni locu : in Vizzani (secondu a ghjente di Noceta, un Vizzanese si sarebbe chjappu a luna ind’una trova), in Caccia (« Caccia, u paese di a luna »)2 è, di sicuru, fora di a Corsica. Ramintemuci i versi di Victor Hugo:

« Ah! vous voulez la lune ? Où ? dans le fonds du puits ?

Non ; dans le ciel. Et bien, essayons. Je ne puis. »3

Stemu una cria ind’a puesia : Li Bo (VIIImu seculu) hè cunsideratu cum’è unu di i più grandi pueti chinesi, chjamatu “ U santu di a puesia”. Secondu a tradizione, si sarebbe annigatu in lu « Fiume Turchinu » pruvendu di chjappà a luna chì si spichjava ind’è l’onda. Oghje chì ghjè oghje, tutti l’anni, i Chinesi lampanu fiori induve u pueta sarebbe smaritu.

Fate pianu quantunque chì, sè vo’ cascate ind’u pozzu, ùn ci serà nimu in Corsica per lampavvi i fiori è, di più, firmerete in pruverbiu !

 

Ghjuvan Guidu Talamoni

 

 

 

 

 

 

 

1.     In Le livre des dictons corses (Privat, Toulouse, 1976, p. 107), Paul Arrighi, chì ùn cunnosce issa storia, si dumanda : « Que signifie ce dicton , que l’on n’a pu nous expliquer : E San Roccu chi brusgia Chiatra ? ».

2.     Ibid. p. 44.

3.     La lune, « L’art d’être grand père ».

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 19:55

Traduction en français

Tuttu ognunu sà chì l’epica artistica di u baroccu hà marcatu assai u nostru paese. Basta à vede e nostre chjese, di e cità è di i paesi, per esse cunvintu di l’impurtanza di u baroccu in Corsica. Dipoi anni è anni, i specialisti vanu più luntanu chè issu custattu, parlendu di un baroccu specificu à l’isula, un baroccu corsu. Nantu à u pianu architetturale, scrive Francescu Casta chì issu baroccu corsu hà sappiutu purtà « la marque visible et parfois originale d’une église locale rayonnante. »1 Oghje ghjornu, l’universitarii corsi travaglianu assai nantu à u nostru baroccu. Qualchì settimana fà, una giovana circadora di l’Università di Corsica, Federicca Valery, dava una cunferenza sopra à issu sugettu à a Cunfraterna di Luri.2 Hà fattu vede, ind’una dimustrazione luminosa, chì l’artisti corsi di l’epica ùn sò stati solu copisti ma chì elli anu creatu un stile è ancu inflenzatu pittori stranieri. Per indettu, si pò custattà chì l’artistu genuvese Domenico Piola3 hà imitatu u pittore corsu Niculau Castiglioni4, senza esse mai ghjuntu in l’isula ! Ci hè statu una scola corsa, cumposta da Corsi di ceppu è di furesteri chì si sò stallati quì, è chì ci sò firmati. Issa scola si distingue soprattuttu incù i temi spessu trattati da i so pittori. Federicca Valery travaglia nantu à duie piste : a tematica di u « Moru boia » è quella di u « santu intercessore ».

 

U « Moru boia »

In parechje pitture corse di martirii, i sullati rumani sò rimpiazzati da orientali (Cf. tele di e chjese di San Damianu, di Tallone…). Si tratta quì di una riferenza à l’incursione muresche chì eranu numarose, à l’epica, nantu à u litturale corsu. A lingua dinù hè stata marcata da ste viulenze : a locuzione « Razza macumetana ! », impiecata cum’è un’ insultu, testimunieghja di u ricordu lasciatu da issi Mori chì assaltavanu e marine corse…

 

U « santu intercessore »

Issu tema, chì rivene assai in le pitture corse di l’età barocca, ghjè assai interessante, chì u rapportu di i Corsi incù i « so » santi hè una particularità mintuvata da i visitadori d’eri è d’oghje. Alain Peyrefitte, chì avia fattu un viaghju di studii in l’isula, scrisse : « Tout Corbara, en janvier, se rassemblait à l’église pour la Saint-Antoine. Je demandais au vieux curé si cet Antoine était l’ermite du désert, ou Antoine de Padoue. « Ni l’un ni l’autre, me répondit-il, c’est saint Antoine de Corbara. » Comme il avait raison ! La Corse retrouvait sans doute, derrière les patrons des villages, les divinités locales de l’Antiquité. Le culte chrétien n’avait pas effacé les cultes pastoraux et paysans qui l’avaient précédé : il s’était greffé sur eux. »4 Di fatti, e chjese custruite « alla moderna », à l’épica barocca, ùn sò state dedicate à i santi « muderni » (s’ellu si pò dì cusì !) cum’è Ignaziu de Loyola, Francescu Saveriu, o Carlu Borromeo. Niculau Mattei rimarca « l’énorme permanence des saints anciens, 60% environ… ».6 Ci hè ancu - particularità assai strana - u prufeta ebreu Elia, di u IXmu seculu nanzu à Ghjesu Cristu !7. Si vede quì a fideltà di i Corsi à i so « vechji » santi, eredi, cum’ellu a dice Alain Peyrefitte, di e divinità lucale di l’antichità… Dunque, ùn saremu stunati di ritruvà i « santi intercessori » nantu à numarose pitture baroche corse.

Avà, permettimuci di cunfruntà, torna una volta, storia di l’arte è etnolinguistica. Quandu qualchì sia l’hà corsa brutta, si dice « Ci era un santu chì precava per ellu ! ». Si tratta quì, senza nisun’ dubbitu, di u « santu intercessore » di e nostre pitture baroche ! Ramintemuci dinù u pruverbiu « Per via di i santi, s’entre in Paradisu. » Torna u « santu intercessore »…

È u paragone incù i pruverbii stranieri permette di misura a nostra specificità. U Talianu dice : « Non si può entrare in Paradiso a dispetto dei santi. »8A forma hè vicina ma u sensu hè differente. In quantu à ellu, u Francese pretende : « Il vaut mieux avoir affaire à Dieu qu’à ses saints. »9 Quessu, ghjè propiu u cuntrariu di u pruverbiu corsu (è ancu, di una certa manera, a negazione di quelle tele di baroccu corsu !), ancu sè u sensu usuale, di l’unu è di l’altru, hè piuttostu metaforicu. U dettu corsu mette in valore l’idea di mediazione, cusì impurtante in la sucetà corsa.10

L’arte, è a lingua, riflettenu u spiritu d’un populu è a so manera di participà à u mondu. Di participà à issu mondu è à quillaltru, quellu ch’ùn si pò tuccà senza un « santu intercessore » : « Per via di i santi… »

 

Ghjuvan Guidu Talamoni 

  

 

 

 

 

  1. Sous le signe du baroque, in « Le Mémorial des Corses », t. II, p. 178.
  2. Cunferenza fatta u 12 d’aostu 2007, à a cunfraterna di Luri, sopra à u baroccu in Corsica.
  3. Di issu grande pittore di a scola genuvese di u XVIImu seculu, ci sò duie tele in la chjesgia San’ Ghjuvan Battista di Bastia ( Inventaire du patrimoine – La peinture, Ville de Bastia, 2003, p. 32 è 33).
  4. Stallata in Bastia, a famiglia di Niculau Castiglioni venia da u rughjone curtinese. Issu pittore hà travagliatu in Bastia da 1628 sin’à 1649. Hà fattu a bella Vergine incù u bambinu di a chjesa di E Ville di Petrabugnu.
  5. Le Mal français, Plon, Parigi, 1976, p. 28.
  6. L’expression de la piété baroque dans l’art, in « Atlas ethnohistorique de la Corse », Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2004, p. 177.
  7. Elia si ritrova, incù santu Simone, in la chjesa di Stoppianova (Ampugnani). A chjesa di a Petra di Verde porta u so nome.
  8. Giulio Cappuccini - Bruno Migliorini, « Vocabolario della lingua italiana », G. B. Paravia & C., Torino, 1950, p. 456 et 1383 ; Policarpo Petrocchi, « Nòvo dizionàrio scolàstico della lingua italiana dell’uso e fuori d’uso », Fratèlli Trèves editori, Milano, 1910, p. 342 ; Renzo Raddi, « A Firenze si parla così », S P 44 libreria, Firenze, 1982, p. 91 ; Antonio Agostini, « Proverbi veneti », Mastrogiacomo editore, Padova, 1984, p. 23.
  9. Issu pruverbiu si ritrova in Paese d’Oc sottu à a forma « Val mai pregar Dius que sos sants. » (Antonin Perbosc, Proverbes et Dictons du pays d’Oc, Rivages, Marseglia, 1982, p. 24.)
  10. Issu dettu hè spessu impiecatu per un’ intervenzione pulitica, cum’ellu si face in lu sistema clientelistu quandu si cerca à « tuccà » un capizzone per via di un amicu. Tandu, quellu « santu » è un puliticante è, in generale, ùn hà fattu nunda per esse canunizatu !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 19:49

Chacun sait que l’époque artistique du baroque a considérablement marqué notre pays. Il suffit de voir les églises de nos villes et de nos villages pour se rendre compte de l’importance du baroque en Corse. Depuis des années, les spécialistes vont plus loin que ce constat, en parlant d’un baroque spécifique à l’île, un baroque corse. Sur le plan architectural, François Casta écrit que ce baroque corse a su porter « la marque visible et parfois originale d’une église locale rayonnante. »1 Aujourd’hui, les universitaires corses se penchent sur notre baroque. Il y a quelques semaines, une jeune chercheuse de l’Université de Corse, Frédérique Valery, donnait une conférence sur ce sujet à la confrérie de Luri.2 Elle a montré, à travers un développement lumineux, que les artistes corses de l’époque n’étaient pas de simples copistes mais qu’ils avaient créé un style et même influencé des peintres étrangers. Par exemple, on peut constater que l’artiste génois Domenico Piola3 a imité le peintre corse Niculau Castiglioni4, sans jamais être venu dans l’île ! Il y a eu une école corse, composée de Corses d’origine et d’étrangers qui se sont installés ici, et qui y sont restés. Cette école se distingue surtout à travers les thèmes traités par ses peintres. Frédérique Valery travaille sur deux pistes : la thématique du « Maure bourreau » et celle du « saint intercesseur ».

 

Le « Maure bourreau »

Dans de nombreuses peintures de martyres, les soldats romains sont remplacés par des orientaux (Cf. toiles de l’église de San Damianu, de Tallone…). Il s’agit ici d’une référence  aux incursions mauresques qui étaient nombreuses, à cette époque, sur le littoral corse. La langue a également été marquée par ces violences : la locution « Razza macumetana ! » (race mahométane !) utilisée comme une insulte, témoigne du souvenir laissé par ces Maures qui assaillaient les marines corses…

 

Le « saint intercesseur »

Ce thème, qui revient beaucoup dans les peintures corses de l’époque baroque, est très intéressant car le rapport des Corses à « leurs » saints constitue une particularité observée par les visiteurs d’hier et d’aujourd’hui. Alain Peyrefitte, qui avait fait un voyage d’étude dans l’île, écrivit : « Tout Corbara, en janvier, se rassemblait à l’église pour la Saint-Antoine. Je demandais au vieux curé si cet Antoine était l’ermite du désert, ou Antoine de Padoue. « Ni l’un ni l’autre, me répondit-il, c’est saint Antoine de Corbara. » Comme il avait raison ! La Corse retrouvait sans doute, derrière les patrons des villages, les divinités locales de l’Antiquité. Le culte chrétien n’avait pas effacé les cultes pastoraux et paysans qui l’avaient précédé : il s’était greffé sur eux. »5 De fait, les églises construites « alla moderna » (à la manière moderne), à l’époque baroque, n’ont pas été dédiée à des saints « modernes » (si l’on peut s’exprimer ainsi !) comme Ignace de Loyola, François-Xavier, ou Charles Borromée. Nicolas Mattei fait observer « l’énorme permanence des saints anciens, 60% environ… ».6  Il y a même -  étrange particularité - le prophète hébreu Elie, du IXe siècle avant Jésus-Christ !7 On remarque ici la fidélité des Corses à leurs « vieux » saints, héritiers, comme le dit Alain Peyrefitte, des divinités locales de l’Antiquité… Ainsi, nous ne serons pas surpris de retrouver les « saints intercesseurs » sur de nombreuses peintures baroques corses.

À présent, permettons-nous de confronter, une fois encore, histoire de l’art et ethnolinguistique. Quand quelqu’un l’a échappé belle, on dit « Ci era un santu chì precava per ellu ! » (Il y avait un saint qui priait pour lui !). Il s’agit ici, sans aucun doute, du « saint intercesseur » de nos peintures baroques ! Souvenons-nous également du proverbe « Per via di i santi, s’entre in Paradisu. » (En passant par les saints, on entre au Paradis.) Encore le « saint intercesseur »…

Et la comparaison avec les proverbes étrangers permettent de mesurer notre spécificité. L’italien dit : « Non si può entrare in Paradiso a dispetto dei santi. »8 (On ne peut entrer au paradis contre la volonté des saints.) La forme est proche mais le sens est différent. Quant à lui, le Français prétend : « Il vaut mieux avoir affaire à Dieu qu’à ses saints. »9 Celui-ci est exactement le contraire du proverbe corse (et donc, d’une certaine manière, la négation de ces fameuses toiles baroques corses !), même si le sens habituel, de l’un et de l’autre, est plutôt métaphorique. Le dicton corse met en valeur l’idée de médiation, si importante dans la société corse.10

L’art et la langue reflètent l’esprit d’un peuple et sa façon de participer au monde. De participer à ce monde et à l’autre, celui que l’on ne peut atteindre sans un « saint intercesseur » : « Per via di i santi… »

 

Jean-Guy Talamoni 

  

 

 

 

 

  1. Sous le signe du baroque, in « Le Mémorial des Corses », t. II, p. 178.
  2. Conférence du 12 août 2007, à la  confrérie de Luri, sur le baroque en Corse.
  3. De ce grand peintre de l’école génoise du XVIIe  siècle, deux toiles sont exposées dans l’église San’ Ghjuvan Battista de Bastia ( Inventaire du patrimoine – La peinture, Ville de Bastia, 2003, p. 32 è 33).
  4. Intallée à Bastia, la famille de Niculau Castiglioni était originaire de la région cortenaise. Ce peintre a travaillé à Bastia de 1628 à 1649. Il a réalisé la remarquable Vierge à l’enfant de l’église de E Ville di Petrabugnu.
  5. Le Mal français, Plon, Paris, 1976, p. 28.
  6. L’expression de la piété baroque dans l’art, in « Atlas ethnohistorique de la Corse », Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2004, p. 177.
  7. On retrouve Elie, avec saint Simon, dans l’église de Stoppianova (Ampugnani). L’église de A Petra di Verde porte son nom.
  8. Giulio Cappuccini - Bruno Migliorini, « Vocabolario della lingua italiana », G. B. Paravia & C., Torino, 1950, p. 456 et 1383 ; Policarpo Petrocchi, « Nòvo dizionàrio scolàstico della lingua italiana dell’uso e fuori d’uso », Fratèlli Trèves editori, Milano, 1910, p. 342 ; Renzo Raddi, « A Firenze si parla così », S P 44 libreria, Firenze, 1982, p. 91 ; Antonio Agostini, « Proverbi veneti », Mastrogiacomo editore, Padova, 1984, p. 23.
  9. Ce proverbe se retrouve en Pays d’Oc sous la forme « Val mai pregar Dius que sos sants. » (Antonin Perbosc, Proverbes et Dictons du pays d’Oc, Rivages, Marseille, 1982, p. 24.)
  10. Ce dicton est souvent utilisé s’agissant d’une intervention politique, de celles que l’on effectue dans le système clientéliste quand on cherche à « toucher » un responsable de haut rang en passant par un ami. Dans ce cas, le « saint » en question est un politicien et, en général, il n’a rien fait pour mériter la canonisation !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 19:30

 

Eramu cinquanta cinque Corsi in Londra, à rifà i passi di u generale Pasquale Paoli, per a cummemurazione di a so morte. Issu pelegrinagiu era urganizatu da Stella Castela, Silvia Casalta, Ghjuvan Petru Defendini, Pasquale Valentini. Duiecent’ anni dopu à a disparizione di u Babbu di a Patria, più di cent’ anni dopu à u so ritornu in Corsica, u nostru populu ùn s’hè micca scurdatu di quellu chì fù u nostru Capu di Statu è u primu ind’u mondu à mette in ballu una Republica muderna, incù una custituzione è a spiccanza di i puderi. Sè a Francia ùn ricunnosce l’impurtanza di a so opera (si ramenta omu chè u cunsigliu municipale di Parigi ùn hà vulsutu, qualchì mese fà, dà u so nome à una piazzetta), l’inguilterra, ella, hà stallatu in lu so panteone, in l’abbazia di Westminster, u bustu di u nostru generale.

Ùn fù una cosa simplice, di fà sente in issu locu u nostru innu naziunale « Diu vi salvi Regina ». Ci hè vulsutu à neguzià incù l’autorità religiose inglese. Ma quesse, cusciente di a forza simbolica di issu viaghju, anu datu u so accunsentu.

Cusì, adduniti intornu à u bustu è a lastra posta in memoria di Pasquale Paoli, li avemu resu un umagiu cummuvente, dui zitellucci tinendu a bandera corsa è i cantadori, quelli di « Barbara furtuna » è Ceccè Butteau, fendu risunà quelle armunie care in issi lochi tracarchi di storia…

Tutti quelli chì anu participatu à issa ceremonia a teneranu in mente per u sempre. 

 

Ghjuvan Guidu Talamoni     
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 16:41

U 26 d’aprile di 1937, l’aviazione nazista bumbardò a piccula cità di Guernica, accantu à Bilbao in Euskadi. Era un ghjornu di marcatu. Nantu à quella piazza, ci era una folla di ghjente, di donne , di zitelli. U bumbardamentu durò più di quattru ore senza arrestu. Fece 1684 morti è 889 feriti. 70 anni dopu, u mondu interu s’hè ramintatu. Ufficiali è anonimi sò ghjunti, numarosi, in Guernica. U nostru paese era riprisentatu, chì e rilazione trà Baschi è Corsi sò anziane è prufonde.

Ci vulia à esse ci, per dì, incù l’altri, « Mai più! ». Senza esse, disgraziatamente, sicuri d’esse intesi.

A vittoria di Guernica

 

Bellu mondu di e casucce

Di a notte è di i campi

 

Visi boni à u focu visi boni

à u fondu

À i ricusi à a notte à l’inghjulie

à i colpi

 

Visi boni à tuttu

Eccu u biotu chì vi fissa

A vostra morte ghjuverà per esempiu

 

A morte à core rivuccatu.

 

 

E donne i zitelli anu u

stessu tesoru

Ind’è l’ochji

L’omi u difendenu cum’elli

ponu

 

E donne i zitelli anu e

stesse rosule rosse

Ind’è l’ochji

Ognunu face vede u so sangue

 

 

Maladetti a morte a terra è a

guffura

Di i nostri nemichi anu u culore

Munotonu di a nostra notte

I vinceremu.

 

Paul Eluard (1938)

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 16:37

Quattr’ anni fà, ci hè statu un referendum nantu à l’evoluzione istituziunale di a Corsica. Hà vintu u « nò », per una manata di voti, incù un arrubbecciu eletturale tremendu, in particulare ind’u nordu di a Corsica. È certi pretendenu chì per via di issa carnavalata, u statutu di u nostru paese averebbe da firmà listessu per l’eternu…

Noi, dimu ch’ellu cambierà.

 

In Auropa, tuttu si move. Ci vole à fighjà appena in giru à noi : Malta hè intrata in l’Unione. Sin’à pocu fà, Bruxelles ùn ne vulia mancu sente parlà, chì li paria troppu chjuca, iss’isulella. U Montenegro hè diventatu indipendente (u soiu, u referendum, ùn hè micca statu arrubbatu !). A Catalogna hà avutu un novu statutu, di ghjungnu 2006. Li sò state date cumpetenze linguistiche, fiscali, è ancu a gestione di l’immigrazione… È noi, ne simu sempre à sicutera !


Eppuru, u sistema stituziunale corsu ùn pò micca viaghjà : trè assemblee per 280.000 abitanti ! Ci sarebbe da ride sè l’affare ùn era cusì calamitosu… Senza parlà di tutti l’urganisimi, cummissioni, cumitati, è varie amministrazioni chì s’accupanu di listessi cartulari. Un esempiu : per un prublema agriculu, si pò pichjà à a porta di a camara d’agricultura di a Corsica suprana, o di quella di a Corsica suttana, o di a camara regiunale, o di a DDA d’Aiacciu, o di quella di Bastia, o di a DRAF, o di l’ODARC… In ogni locu, ci sò scagni à buzeffu, capi machja è sottu capi machja chì si rinvianu i clienti. Quessi, i disgraziati, à mumentu datu, ùn sanu mancu più induve pichjà di capu ! Kafka averebbe pussutu fà in Corsica u so più bellu libru…

Nantu à u pianu puliticu, si sà chì i Cunsiglii generali sò u nidu di u clanisimu. L’affare funziuneghja bè : u merre di u paese porta i so voti à u Cunsigliere generale è quessu li dà qualchì sollu per rifà u muru di u campusantu o un pezzatellu di strada. Sti solli ùn sortenu micca da a so stacca chì li sò stati dati da u Presidente di u Cunsigliu generale… contru à u so votu ! Credite chè tuttu què hè una caricatura ? Allora, dumandatevi perchè i solli falanu sempre in listesse stache è perchè l’impiechi sò sempre dati à quelli chì portanu parechji voti… Davanti à una tale situazione, si po cantà a canzona « Chì fà, chì ci si pò fà ? ». Ma si pò dinù dà a risposta : ci vole à strughje stu sistema. Quessa dinù, a cunniscite, a canzona ? I naziunalisti a cantanu dipoi trent’anni ? Ghjè vera. Allora ùn ci vole più à cuntentassi di ripete « Delenda Cartago »… Ci vole à falla !

 

Rimpiazzà i dipartimenti da una cullettività unica, dà e cumpetenze di i Cunsiglii generali à un’ Assemblea di Corsica pruvista di u pudere legislativu… Tuttu què ùn basterà micca per salvà a Corsica, sicuramente. Ma purterà un colpu tremendu à a citatella clanista è permetterà una gestione più logica  - è soprattuttu più chjara - di l’affari publichi in lu nostru paese. Eppò, à tempu, rinfurzerà u sintimu d’unità di u nostru populu. Rammintatevi chì Napulione Bonaparte avia digià vulsutu creà dui dipartimenti per spiccà i Corsi è addebbulisce a nostra cuscenza naziunale. Sicuramente, parechji Bastiacci chì anu dumandatu, ind’è l’anni settanta, di vultà à l’anzianu sistema di i dui dipartimenti, l’anu fatta incù sincerità, cridendu ch’ellu purterebbe una nova armunia territuriale, chì era più chè nicessaria ma chì si pudia fà incù una sola cullettività. U risultatu, avà, u cunniscimu bè : iss’ armunia ùn hè mai ghjunta è i nostri guai sò stati duppiati !  A cunfusione attuale ùn pò serve chè issi persunagi torbidi chì ci suchjanu u sangue, è chì portanu a nostra vechja nazione à a ruvina.

 

Ghjuvan Guidu Talamoni

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Jean-Guy Talamoni
  • : Jean-Guy Talamoni est avocat. Président de l'Assemblée de Corse, il a publié deux ouvrages politiques, "Ce que nous sommes" (Ramsay/DCL, 2001) et "Libertà" (2004), ainsi que trois livres sur la langue corse.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Liens