Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 13:49

Commentant la (nouvelle) violation par Nicolas Sarkozy des droits de la défense à l’occasion de l’affaire Villepin, Martine Aubry s’indignait récemment de l’attitude consistant à présenter comme coupables des personnes étant seulement… « présumées coupables » !

Or, en droit français, mais également dans l’ensemble des pays se prétendant un tant soit peu démocratiques, la présomption ne peut être que « présomption d’innocence ». Il est vrai que cette ânerie est régulièrement répétée par de nombreux journalistes. Apparemment, les élites françaises demeurent absolument hermétiques aux principes universels, et tout particulièrement à ceux qui, ailleurs, protègent les droits de la personne humaine. 

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 17:21

On se souvient qu’il y a quelques semaines seulement, les représentants de l’Agence du Tourisme de la Corse fanfaronnaient sur les ondes.  Le bilan de la saison touristique vient de tomber et il n’est pas réjouissant : beaucoup de passages mais peu de recettes pour les professionnels. En clair, nous avons les inconvénients - notamment en ce qui concerne l’impact sur l’environnement, la pression sur les équipements collectifs routiers et autres - sans les avantages attendus… Ceci est le résultat prévisible de la politique démente des responsables de la CTC, dont les slogans publicitaires suffiraient à démontrer l’indigence intellectuelle : « La Corse, réserve de vacances ». Il fallait y penser... Sans parler de la récente campagne de communication visant à inciter les Corses à « bien recevoir » les touristes, ce qui revient à reconnaître publiquement que jusqu’à présent ce n’était pas le cas ! On imagine sans peine les effets de ce genre de « communication »… Comme disait un humoriste : « Ne riez pas, c’est avec votre argent ! »

Pour en revenir aux résultats de la saison touristique, les analystes expliquent ce qu’on savait déjà, à savoir que le manque à gagner des professionnels du tourisme s’explique par le développement des résidences secondaires. Or on sait que les retombées positives d’un tourisme de résidences secondaires sont extrêmement minces, notamment au plan de l’emploi… Mais cette politique - s’inscrivant dans le cadre de l’économie « résidentielle » ou « présentielle » -, si elle aggrave la précarité et induit la dépossession foncière, permet à certains de s’enrichir, parmi lesquels – comme par hasard – des dirigeants de la CTC et rédacteurs du PADDUC. (Rappelons à cet égard que le président de l’Assemblée de Corse est également promoteur immobilier…).

Si l’on considère les effets conjugués de l’incompétence des responsables politiques et de leur inclination à privilégier leurs intérêts personnels, on comprend bien comment on a pu en arriver là…

 

 

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 17:56

Le groupe des élus indépendantistes à l'Assemblée de Corse, Corsica Libera, salue la démarche patriotique consistant à organiser un référendum sur l'indépendance de la Catalogne. De vieilles nations comme la Catalogne, l'Irlande, la Corse, ne peuvent accepter le maintien de liens de tutelle de la part d'états voisins, qui demeurent avant tout des pays étrangers. À cet égard, la situation actuelle n'est ni conforme à nos intérêts économiques, sociaux et culturels, ni à la dignité collective de nos peuples. Aussi, le groupe Corsica Libera soutient cette initiative qui demeurera dans l'histoire comme une démarche de précurseurs, confiant dans la capacité du peuple catalan de faire le seul choix qui vaille: celui de la liberté.

Avec l'amitié du peuple corse,

 

Jean-Guy Talamoni, Président du groupe indépendantiste à l'Assemblée de Corse  

 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 08:14

L’émission organisée par « Corsica radio » et « La Corse » a eu le mérite de permettre un débat entre élus sur des questions moins sectorielles que les dossiers habituellement traités par l’Assemblée de Corse. Plus que les propos des responsables du mouvement national, qui ont rappelé leurs fondamentaux, certaines paroles d’élus dits « traditionnels » seront à retenir, car ils semblent indiquer une évolution intéressante.

Nous citerons simplement quelques exemples significatifs…

- Maria Giudicelli, du groupe communiste à l’Assemblée de Corse, évoquant la « corsisation des emplois », notion souvent critiquée par la tendance politique et syndicale dont elle fait partie : une position courageuse à saluer.

- Hélène Luciani-Padovani, dont l’analyse, marquée par une grande sincérité et une parfaite rigueur intellectuelle, a souvent rejoint les constats et les propositions du courant patriotique.

- Jean-Louis Luciani (PRG) qui, évoquant la nécessité de s’attaquer au « système », a exposé ses inquiétudes quant à la possibilité pour ses enfants d’exercer leur activité professionnelle en Corse et d’y accéder à la propriété. Corsica Libera aurait pu signer une telle intervention !

- Marcel Francisci (UMP) qui, après avoir évoqué le problème de « la violence » et avoir été interpellé par un responsable de Corsica Libera, précisait qu’il ne faisait pas allusion aux nationalistes.

Dont acte.

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 17:11

À leghje, issu interessantissimu articulu di Eric Simoni (www.enciclopediadiacorsica.com):

À l’heure où la France consacre une grande partie de son budget santé au dépistage précoce et à la prise en charge de la maladie d’Alzheimer, il semble intéressant de rappeler les résultats d’une étude réalisée en 2006 et 2007 au Canada par le département de psychologie de l’Université de York (Toronto, Ontario).
Sur 184 habitants de Toronto venus consulter pour des troubles cognitifs, 91 étaient monolingues et 93 bilingues. Dans le premier groupe les symptômes de la maladie d’Alzheimer étaient apparus en moyenne à l’âge de 71,4 ans. Dans le second, à 75,5 ans, soit 4 ans plus tard, ce qui équivaut à 4 ans de gagnés pour les bilingues.
Ces résultats, qui mettent en évidence un effet protecteur du bilinguisme sur l’apparition et l’évolution initiale des symptômes de la maladie d’Alzheimer, ont d’ailleurs suscité ce commentaire édifiant du neurologue Morris Freedman : « Aucun traitement pharmacologique n’a un effet aussi spectaculaire ».
Maîtriser parfaitement deux langues dès le plus jeune âge est un don que tous les Corses, sans exclusive, devraient pouvoir partager depuis longtemps. Mais voilà, certains en ont décidé autrement…

 

*Bialystoc E., Craik F., Freedman M. ; Bilingualism as a protection against the onset of symptoms of dementia ; Neuropsychologia – 2007 Jan 28 ; 45(2) ; 459-64

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 19:22

L’affaire du film « Un prophète », dernière manifestation en date  du racisme anti-corse, me rappelle une déclaration faite il y a quelques années en séance publique de l’Assemblée territoriale. Il s’agissait sans nul doute d’une des plus importantes – et des plus lucides – qui aient été prononcées dans l’hémicycle.

Elle ne l’a pas été par un élu nationaliste mais par un membre de la majorité, Paul Patriarche, qui était également à l’époque député RPR de la Haute-Corse.

À l’occasion d’un dossier dont j’ai oublié les détails mais dans lequel Paris avait eu un comportement révélant un profond mépris des intérêts corses, le député s’était exclamé en guise de péroraison, au terme d’une intervention marquée par un irrépressible agacement : « La vérité, c’est que les “Pinzuti“, ùn ci tenenu micca caru ! ».

Et non, ils ne nous aiment pas, et ils nous le montrent régulièrement.

En fait, ce sentiment à notre égard n’est évidemment pas partagé par l’ensemble des Français. Mais, de toute évidence, une grande partie de l’élite politique, culturelle et médiatique parisienne nous exècre à un point tel qu’il serait indigne de ne pas leur rendre un peu de leur mépris.

Jean-Guy Talamoni

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 15:25

« Je suis ici par la volonté d’un homme, je suis ici par l’acharnement d’un homme, Nicolas Sarkozy, qui est aussi président de la République française. (…) Certains voudraient croire qu’il n’y a pas dans notre pays de procès politique, je veux le croire aussi, et pourtant nous sommes ici en 2009 et nous sommes en France.

Je veux redire que mon combat n’est pas un combat personnel, c’est le combat de toutes celles et tous ceux qui se battent contre l’injustice, c’est le combat de toutes celles et tous ceux qui sont victimes de l’abus de pouvoir. »

Dominique de Villepin, le 21 septembre 2009.

 

Certains d’entre nous seraient tentés de s’amuser de cette déclaration, se souvenant combien de procès politiques ont été engagés sous le « règne » de Monsieur de Villepin, notamment contre des militants corses, et ne voyant dans cette affaire qu’un remake de « L’arroseur arrosé » de Louis Lumière.

Pourtant, il s’agit d’un épisode beaucoup plus important du processus de déliquescence hexagonal : la reconnaissance solennelle, par un ancien premier ministre français, de ce qu’il n’existe dans son pays aucune séparation des pouvoirs, aucune indépendance de la justice… en clair que la France est devenue une république bananière.

Ce que, pour notre part, nous savions depuis longtemps.

 

Jean-Guy Talamoni

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 07:27

« Attendons. La France quittera décidément le temps et l’espace coloniaux bien plus tard. (…) même si d’autres couleurs ont remplacé sur la planisphère le rose symbolique de l’Empire, les Français vivent toujours leur supériorité, sauf qu’elle est un peu plus en eux-mêmes enfouie, plus au bas, probablement dans les replis de leurs intestins. Autrefois hautaine, cette supériorité, sachant que ses jours sont comptés, devient hargneuse. »

 

Jean Genet, Entretien avec Tahar Ben Jelloun pour Le Monde (novembre 1979).1

 

Vingt ans plus tard, ces lignes demeurent d’actualité. La situation n’a guère changé. L’arrogance coloniale n’a pas disparu, même si elle s’exprime de façon plus prudente qu’au XIXe siècle, époque où Jules Ferry pouvait évoquer sans ambages « les races inférieures ». Sans doute, l’expression de Jean Genet « les Français » est-elle par trop globalisante : de nombreux français ne partagent pas cet état d’esprit. Mais les élites parisiennes demeurent majoritairement dans la même démarche politique et intellectuelle. Cette dernière s’exprime parfois clairement, voire de façon provocante (Cf. les « bienfaits de la colonisation » !). Elle a parfois recours à  la rouerie, n’hésitant pas, par exemple, à accuser le LKP de racisme !

Heureusement que depuis quelques décennies le monde a considérablement évolué, comme la place qu’il réserve désormais à la France.

On imagine ce qu’il adviendrait de nos peuples si l’hexagone avait encore tous les moyens de sa politique !

 

1. L’ennemi déclaré, Gallimard, 1991, p. 207.

Partager cet article
Repost0
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 21:23

Il y a quelques mois, nous avions intitulé l’un de ces billets « Ministère du mensonge ». Il s’agissait de dénoncer une « contre-vérité » manifeste, émanant du ministre français de l’intérieur. En écrivant ces mots, nous n’étions pas même à mi-chemin de la réalité : ce n’est pas seulement un ministère, mais bien l’ensemble de la République française qui a fait du mensonge et de la trahison un mode de gestion politique, voire une sorte d’engagement spirituel… Nous en voulons pour preuve un gouvernement pour partie composé de transfuges dont le personnage emblématique, un ancien dirigeant du parti socialiste, fut naguère comparé à Judas à la « une » d’un magazine parisien. Figure archétypale du traître, ce ministre – que Nicolas Sarkozy s’amuse, non sans perversité, à faire applaudir tout particulièrement lors des meetings ! – est caractéristique de ce qu’est devenu la politique française. Regardez son visage : il n’est assurément pas celui qu’il avait à la naissance, même transformé par les ans. Observez ses expressions, son regard fuyant : il porte les stigmates de la trahison… Comme s’il s’attendait avec anxiété à rejoindre ses congénères dans le neuvième cercle de l’enfer, résidence que la Divina Comedia leur a assignée. D’autres sont plus assurés et promènent leur traîtrise avec toupet, si ce n’est avec superbe : des Talleyrand du 21e siècle, le talent en moins. Des « diables boiteux » au petit pied, en somme.

Et chaque nomination ministérielle est soumise à un nouveau concours de traîtrise…

Ne jouons pas les innocents : la duplicité a toujours existé dans la vie publique. Elle figure d’ailleurs parmi les préceptes machiavéliens : « Si fecisti, nega. » (Si tu l’as fait, nie le)… Mais chez Machiavel comme chez d’autres politiques traditionnels, le mensonge et le reniement des engagements étaient considérés comme des moyens, dans certaines situations, justifiés - même s’il s’agissait d’une piètre justification - par la « raison d’Etat ». Ainsi, le fameux « Algérie française ! » du Général de Gaulle, épisode qui n’ajouta rien à sa gloire, réelle par ailleurs.  

Mais aujourd’hui, c’est tout autre chose que l’on observe : la politique est livrée à elle-même et définitivement déconnectée de ses fins éthiques. L’immoralité s’assume avec la hauteur que lui confèrent les plus brillantes responsabilités. Un ministre français (au demeurant d’origine corse) avait, il y a quelques années, donné le ton : « Les promesses n’engagent que ceux qui y croient ! ».

Le reniement de la parole donnée suit immanquablement le moindre engagement. La question du rapprochement des prisonniers corses en est un exemple éloquent. Plus anecdotique est l’attitude de Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat chargé des questions pénitentiaires (et autre transfuge du PS !). Après avoir lui-même proposé - pour calmer le jeu - de rencontrer les représentants des familles, il a purement et simplement annulé cet entretien. La manœuvre (promesse puis reniement) avait pour misérable objectif d’éviter un rassemblement - et donc un éventuel incident - lors de sa visite en Corse. Le représentant des familles de prisonniers a commenté ce revirement en constatant que Monsieur Bockel n’était pas un homme d’honneur. S’il l’avait été, il n’aurait ni changé de camp, ni participé à un gouvernement au sein duquel le mensonge et la trahison ne constituent pas seulement une « culture d’entreprise » : ils sont inscrit dans l’ADN de cette nouvelle et singulière forme de « république ». Et celle-ci croit dissimuler ses turpitudes en dispensant généreusement des leçons (Cf. l’hilarant discours de l’Université de Dakar qui restera longtemps dans les mémoires africaines !).

Aujourd’hui, au plan international, une prise de position française n’est plus un événement, pas même une information. Tout juste un sujet de plaisanterie…

Quant au bal des traîtres, il continue à battre son plein.

 

 

Jean-Guy Talamoni

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 10:05

 

Le groupe des élus indépendantistes à l’Assemblée de Corse, Corsica Libera, apporte son soutien fraternel à Gérard Jodar et à ses camarades, militants du syndicat Kanak USTKE, poursuivis par les institutions judiciaires françaises - et incarcérés - pour des faits relevant du combat syndical.

En prononçant le maintien en détention à l’encontre des six militants dans l’attente du délibéré, la Cour alimente sciemment une stratégie de tension à l’endroit de ceux qui défendent les intérêts de leur peuple.

Comme on le voit, l’Etat Français se refuse à rompre avec l’arrogance coloniale qui est la sienne depuis des siècles, et qui le déshonore aux yeux de l’opinion internationale.

Les élus indépendantistes à l’Assemblée de Corse assurent les militants syndicaux Kanaks de leur entière et amicale solidarité.

 

Pour le groupe indépendantiste à l’Assemblée de Corse,

Jean-Guy Talamoni   

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Jean-Guy Talamoni
  • : Jean-Guy Talamoni est avocat. Président de l'Assemblée de Corse, il a publié deux ouvrages politiques, "Ce que nous sommes" (Ramsay/DCL, 2001) et "Libertà" (2004), ainsi que trois livres sur la langue corse.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Liens