Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 20:29
Marcel-Conche-copie-1.jpg

Né en 1922 à Altillac en Corrèze, Marcel Conche est l'un des philosophes français contemporains les plus reconnus. Professeur émérite à la Sorbonne et membre de l’Académie d’Athènes, il est l’auteur de plusieurs dizaines d’ouvrages parmi lesquels Montaigne et la philosophie, Vivre et philosopher, Orientation philosophique, Pyrrhon ou l’apparence

Il publie également un Journal étrange dont le cinquième tome, actuellement en cours de publication, fait une place importante à la Corse. En effet, Marcel Conche vient de vivre une année entière dans l’île. Son regard diffère donc radicalement de celui de certains journalistes, qui croient avoir tout compris parce qu’ils ont passé 24 heures dans notre pays. C’est celui d’un philosophe : il va au fond des choses…
Marcel Conche a choisi de soutenir Corsica Libera.
    

Partager cet article
Repost0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 20:00
drapeau corse
Cari amichi,
Dumane serà una ghjurnata impurtantissima per a Corsica.
Più seremu numarosi à purtà à l'Assemblea a voce di a Corsica Libera, più serà difesu u populu corsu.
Per dì chì, da Ersa à Bunifaziu, da Barcaghju à a Rondinara, a terra corsa hè quella di u populu corsu, vutate Corsica Libera !
Andate tutti à circà i voti, ind'è e vostre famiglie, i vostri amichi, i vostri cumpagni di travagliu... Perchè vutendu per Corsica Libera, vuteranu per elli stessi.
Vutate è fate vutà per a strada diritta !
Vutate è fate vutà per u Partitu di a Corsica !
Vutate è fate vutà CORSICA LIBERA !
Partager cet article
Repost0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 07:36
Marcel-Conche.jpg
www.enciclopediadiacorsica.com
Né en 1922 à Altillac en Corrèze, Marcel Conche est professeur émérite à la Sorbonne et membre de l’Académie d’Athènes. Il est l’auteur de pl...

link
Partager cet article
Repost0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 08:32
Vincent-Peillon.jpg

À lire, l’interview donné par Vincent Peillon à Paul Antonietti sur « La Corse Votre Hebdo »(1), et tout particulièrement ce passage :

 

« La Corse est complexe et parfois difficile à comprendre. Mais cette complexité est aussi le résultat d’une histoire et d’une culture qui sont une véritable richesse pour nous tous, ne serait-ce qu’au niveau de sa contribution à la philosophie des Lumières. Vous comprendrez que cette ouverture sur l’universel me passionne. Cette complexité se retrouve également dans les relations parfois tumultueuses qu’entretiennent la Corse et la République et dans ce qu’elles se sont mutuellement apporté au cours des siècles. »

 

Il était temps qu’un responsable français reconnaisse ce que les adeptes insulaires de l’autoflagellation s’obstinent à nier : en créant au cœur du XVIIIe siècle la première république moderne, avec séparation des pouvoirs, tolérance religieuse, ainsi que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes - affirmé dès les premiers mots de sa Constitution -, la Corse a en effet apporté une contribution pratique, tout à fait étonnante, aux Lumières.

Pendant ce temps, Catherine II de Russie dînait avec Diderot mais renonçait à abolir le servage, tandis que les Français continuaient à vivre sous le joug d’un roi de droit divin…

Lorsque Louis XV décida de mettre fin par les armes à l’expérience démocratique corse - « noyant le trône de la liberté dans des flots de sang », selon la formule de Napoléon Bonaparte - l’île, deux fois plus alphabétisée que la France, était largement en avance sur son temps.

Merci à Vincent Peillon de n’être pas venu, comme nombre de ses compatriotes, pour nous donner des leçons au nom de l’hexagone « phare de l’humanité et patrie des droits de l’homme », et de reconnaître les mérites d’un petit peuple que l’on a la fâcheuse habitude d’accabler, avec la complicité bruyante et « politiquement correcte » de certains de ses membres…  

 

Jean-Guy Talamoni

 

(1) En ligne sur le site http://www.vincent-peillon.fr/.

  

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 10:32
Corsica LiberaTutti in Aiacciu, sta sera, per a presentazione di a lista !
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 17:28
drapeau corseTutti à l'Assemblea generale dumane, dumenica, à 14 ore in Corti !
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 18:42
Vincent-Stagnara.jpg

En ce 2 janvier, au delà de notre mouvement, c’est toute la Corse qui a perdu l’un de ses plus ardents défenseurs.

Vincent Stagnara a été de tous les procès, de tous les combats, sans jamais ménager sa peine, parfois même jusqu’aux dernières limites de l’effort humain, poussé par ses deux passions, celle qu’il vouait à son métier d’avocat, et l’amour de sa nation.

Le dévouement, la loyauté, la fidélité n’étaient certes pas les seules qualités qu’il avait mises au service de la cause nationale corse.

Brillant défenseur, homme de culture et de partage, son humanisme, réel, concret, profond, le faisait toujours répondre à l’appel de la solidarité.

Sa pensée, les principes qu’il a toujours défendus, demeurent des sources vives auxquelles continueront de s’abreuver les générations futures.

Il reste à jamais à nos côtés, et, dans nos mémoires, son rire généreux saluera encore et toujours chacune des victoires de la nation corse.

Corsica Libera

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 11:29
estat-catala.jpg

Malgré la campagne de désinformation de Madrid (d’ailleurs relayée par une grande partie de la presse française), les faits et les chiffres ne souffrent guère de contestation sérieuse :

-         Presque 30% de participation, ce qui constitue un niveau comparable à celui des scrutins organisés par les institutions officielles (et faisant l’objet d’une publicité massive).

-         95% des suffrages favorables à l’indépendance. (Une participation plus élevée ne changerait rien au résultat, sauf à imaginer qu’elle soit exceptionnelle et que la totalité des électeurs supplémentaires votent contre l’indépendance !).

Le chiffre de 40% de participation, présenté comme l’objectif initial des organisateurs, n’a jamais été avancé par ces derniers. Il s’agit d’un mensonge distillé par les autorités et les médias officiels espagnols pour tenter d’amoindrir l’impact de la démarche : comment un scrutin organisé par la société civile, avec des moyens nécessairement limités, aurait-il pu réunir davantage de citoyens dans les bureaux de vote ?

Dans quelques jours, le groupe des observateurs internationaux rendra son rapport officiel, mais notre première réunion le soir même du scrutin nous a permis de conclure au bon déroulement de celui-ci et au caractère incontestablement démocratique de son organisation.

Au delà de l’aspect technique, nous retiendrons l’enthousiasme qui animait les électeurs, donnant un air de fête à cette journée pourtant fraîche et pluvieuse. Quelque chose d’incroyable se passait sous nos yeux : les Catalans avançaient d’un même pas, serein et déterminé, vers leur indépendance nationale.

 

Jean-Guy Talamoni

   

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 09:28
drapeau-Catalogne.jpg

Dans quelques jours aura lieu un référendum sur l’indépendance de la Catalogne. Il s’agira à l’évidence d’un moment essentiel dans la longue marche de cette vieille nation vers le recouvrement de ses droits collectifs.

Pris en tenaille entre l’absolutisme castillan et le « nordisme triomphant » (Frédéric Mistral), les Catalans devront résister, durant leur longue et terrible histoire, en mobilisant toutes leurs forces humaines, culturelles et spirituelles.

Au XIXe siècle, les rimes de l’Oda a la Pàtria de Bonaventura Carles Aribau donnaient le départ de la première Renaissance. Plus d’un siècle après, la chute du franquisme ouvrait la voie à un nouvel espoir, lequel était rapidement déçu par une « démocratie » espagnole qui ne devait pas tenir ses promesses. Entre-temps, combien de souffrances, combien de sacrifices, combien de désillusions…

Aujourd’hui, le peuple catalan s’organise et s’élance vers l’avenir à travers un troisième sursaut national.

Que peut évoquer, pour un indépendantiste corse, l’événement que constitue ce référendum ?

Tout d’abord, la mémoire de Pasquale Paoli, chef d’Etat de la Corse indépendante au XVIIIe siècle. Celui-ci – au cœur d’une Europe monarchiste –, créa une république et consacra le premier, en préambule à sa Constitution (1755), le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, ce droit que les Catalans s’apprêtent à exercer…

Ensuite, le souvenir de Francesc Macià, qui fut comme Paoli un grand politique et dont la figure tutélaire planera sur ce scrutin historique.

Enfin et surtout un immense espoir : celui de voir un peuple frère tracer de façon irréversible son chemin vers la liberté.

Pour donner à la patrie de Joan Maragall, de Luis Illach, de Gaudí et d’Antoni Tàpies, un avenir digne de son passé et de son présent.

Celui d’un pays maître de lui-même.

 

Jean-Guy Talamoni

Président du groupe indépendantiste à l’Assemblée de Corse

(Article publié dans le journal catalan L'Avui).

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 08:13

Sur le site de Libération, quatre réactions à l’article (relativement honnête) concernant le procès du « Paoli ». Les trois premiers commentateurs sont plutôt favorables aux prévenus. Leurs messages contrastent avec la prose haineuse du quatrième, archétype du beauf raciste anti-corse…

Un échantillon représentatif ?

Lisez plutôt :

 

« 1. RESPECT

pour les ouvriers corses qui ne se la laissent pas mettre par ces saloperies de financiers pourris sans réagir.
C'est sûr que quand ernest antoine seillieres vole 80 millions d'euros dans les bureaux feutrés de wendel, ça fait sûrement plus "civilisé".

Un ouvrier continental, solidaire.

Dimanche 22 novembre à 10h24 »

 

La métaphore est quelque peu audacieuse, mais elle illustre assez justement la situation…

           

« 2. DECIDEMENT L’ETAT FAIT FAIRE DES AFFAIRES

Walter Butler y a misé 13 millions d’euros, pour en retirer, trois ans plus tard, 75 millions d’euros.

 

Samedi 21 novembre à 22h47 »

 

Des « affaires en effet » : 62 millions d’euros détournés en 3 ans !

 

« 3. IL SERAIT         

intéressant de savoir sur le dos de qui a été fait tout ce pognon, et du coup de définir à qui il a été volé.

 

Dimanche 22 novembre à 10h19 »

 

À qui ? Aux Corses, tout simplement.

 

« 4. NATIONALISME IDENTITAIRE, MENACES, GROS SOUS…

... business as usual du crime organisé en Corse.
A quand l'indépendance du continent ?

 

Dimanche 22 novembre à 09h50 »

 

Và à fà ti leghje, o sumerò…

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Jean-Guy Talamoni
  • : Jean-Guy Talamoni est avocat. Président de l'Assemblée de Corse, il a publié deux ouvrages politiques, "Ce que nous sommes" (Ramsay/DCL, 2001) et "Libertà" (2004), ainsi que trois livres sur la langue corse.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Liens