Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 18:40

beauvau.jpg

« Je veux dire à Monsieur Talamoni que la Corse c’est la France. Elle sera toujours la France » (Corse-Matin du 6 août 2013, en page « France », comme il se doit).

Une première observation : Monsieur Valls me répond alors que je ne lui ai rien demandé. Par courtoisie, je n’ajouterai pas que, sur une telle question, son avis m’indiffère.

Une seconde observation : « La Corse c’est la France » est une affirmation qui évoque irrésistiblement la méthode Coué. Une affirmation au demeurant étrange pour quelqu’un qui, par ailleurs, croit avoir identifié nos singularités culturelles : la Corse, selon lui, serait ontologiquement violente (par opposition à une France particulièrement paisible, comme chacun sait). Les déclarations de notre ministre apprenti anthropologue paraissent donc non seulement discutables mais contradictoires.

Une troisième et dernière observation : « La Corse sera toujours la France ». Ici, on passe de l’anthropologie à la prophétie. Une prophétie particulièrement risquée lorsque l’on connaît les précédents : « La France, de Dunkerque à Tamanrasset… »

 

Partager cet article
Repost0
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 12:16

drapeau corse

A partire di oggi, la nostra terra sarà l’ospita di una delle più grande competizioni sportive del pianeta : il Giro di Francia.

Per Corsica Libera, quest’evento non deve essere interpretato come un segno d’adesione della Corsica alla nazione francese. Invece, ogni anno, la prova attraversa naturalmente numerosi territori stranieri alla Francia. Da 1954, è  una tradizione che la partenza di questa competizione internazionale, paragonabile al livello della sua fama ad un campionato mondiale di calcio, sia spesso data fuori di Francia (Donostia 1992, Dublino 1998, Londra 2007, Monaco 2009, Rotterdam 2010, Liegi 2012…). La centesima edizione chi partirà di Portiveghju, non deroga alla regola.

 

In ciò che riguarda la pertinenza dell’organizzazione del giro di Francia in Corsica : è innegabile che la sua ritrasmissione internazionale sarà una valorizzazione senza precedente del nostro paese. Per Corsica Libera, è evidente che la Corsica ne potrà recarne vantaggio soltanto decidendo di une vera politica per un turismo integrato e scelto, e fissando velocemente regole di protezione  del nostro patrimonio fondiario e ambientale. Altrimenti, questa vastissima promozione del nostro territorio aumenterà il fenomeno di speculazione della nostra terra.

Per trè giorni, la Corsica sarà sotto i proiettori di quasi 190 paesi e 650 media. 35 nazioni saranno rappresentate nella prova sportiva.

Quest’evento mondiale non deve essere capito come la traversata di due dipartimenti francesi ma deve permettere l’espressione dello fatto nazionale corso al livello internazionale. Come fanno, con efficacia, i nostri fratelli baschi, i Corsi devono impadronarsi di questa tribuna per fare conoscere à tutti la lotta del popolo corso per la riconoscenza dei suoi diritti nazionali.

Così, lasciando svolgersi la prova sportiva, Corsica Libera e l’Associu Sulidarità si daranno i mezzi di attirare l'attenzione della comunità internazionale e chiama i corsi, lungo le strade, a mostrare la loro appartenenza ad un popolo che lotta legittimamente per la sua sopravvivenza.

Oggi, vogliamo solennemente fare conoscere a tutti gli osservatori i seguenti dati :

La Corsica di Pasquale Paoli, nazione moderna del settecento fu conquistata militarmente dalla Francia, chi, da allora, nega il diritto del nostro popolo alla sovranità. Però, l’esistenza di un potente sentimento nazionale costituisce una continuità storica mai smentita, incarnata da quasi 40 anni dalla rivendicazione nazionalista moderna.

Oggi, le organizzazioni del movimento nazionale rappresentano in Corsica 36% dell’elettorato. Nello stesso tempo, numerosi eletti della classe politica detta tradizionale si appropriano le rivendicazioni fondamentali del nazionalismo corso.

Attualmente, un processo politico è in corso. Suo scopo è di addotare misure necessarie sull’ufficialità della lingua corsa (adottato all’unanimità dei votanti dell’Assemblea di Corsica in maggio scorso), di fondiario (accesso alla terra riservato ai cittadini corsi risiedendo da 10 anni, per lottare contro i fenomeni di spodestamento fondiaria), di fiscalità, di poteri normativi rinforzati. Una grande maggioranza esiste su questi temi all’Assemblea di Corsica dove siedono i rappresentanti legittimi di tutte le composante del popolo corso. La Francia dovrà necessariamente prendere in considerazione le prossime deliberazione, altrimenti, affonderebbe nella negazione della democrazia la più totale.

Per finire, attiriamo l'attenzione della comunità internationale sulla situazione dei prigionieri politici incarcerati in Francia (che non rispetta le  proprie legge), la cui liberazione dovrà imperativamente fare parte della risoluzione politica del conflitto.

Intantu, a Corsica, Nazione libera di u Mediterraniu indirizza tanti auguri à i participanti durante sti trè ghjorni.

WELCOME TO CORSICA
FREE CORSICA – CORSICA IS NOT FRANCE

Partager cet article
Repost0
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 11:55

drapeau corse

This week-end, our field will host one of the most important event of the world : the Tour de France.

For Corsica Libera, this event musn’t be heard like the integration of Corsica to France. On the contrary, every year, this competition begin in another country : (Donostia 1992, Dublin 1998, London 2007, Monaco 2009, Rotterdam 2010, Liège 2012…). This year it will leave from Portivechju in Corsica.

For three days, Corsica will be under the lights of the worldwide media. This world event mustn’t be understood as the simple crossing of two French departments but has to allow the expression of the Corsican national fact at the international level. Corsica has to seize this stand to notify to all the fight of the people Corsican for the recognition of its national rights.

Today we solemnly wish to notify to all the observers the following data:
Corsica of Pasquale Paoli, modern Nation of the Age of the Enlightenment, was militarily conquered by France in the XVIIIth century which since denies any right of our people for the sovereignty. However, the existence of a powerful national feeling constitutes a historic continuum never denied, embodied since almost forty years by the modern nationalist struggle.

Today, the organizations of the national movement represent in Corsica 36 % of the electorate. At the same time, numerous elected representatives of the traditional said political class appropriate the fundamental claiming of the Corsican nationalism.

At present, a political process is in progress. It aims at adopting wholesome measures regarding officialdom of the Corsican language (adopted unanimously voters of the Assembly of Corsica last May), of land tax (access to the ground reserved for the Corsican citizens living for 10 years to fight against the phenomena of speculation and land dispossession), of tax system, strengthened normative powers. A strong majority get free on these questions to the Assembly of Corsica where sit the justifiable representatives of all the components of the Corsican people. France will inevitably have to take into account deliberations to come, without what, it would sink again into the most total denial of democracy.

Finally, we draw the attention of the international community on the situation of the Corsican political prisoners imprisoned in France in defiance of the laws the liberation of which will necessarily have to be a part of the political resolution of the conflict.

Intantu, a Corsica, Nazione libera di u Mediterraniu indirizza tanti auguri à i participanti durante sti trè ghjorni.

WELCOME TO CORSICA
FREE CORSICA - CORSICA IS NOT FRANCE

Partager cet article
Repost0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 08:41

drapeau corse

Dès aujourd’hui, notre terre sera l’hôte de l’une des plus grandes compétitions sportives de la planète : le Tour de France.

Pour Corsica Libera, cet évènement ne saurait en aucun cas être interprété comme une manifestation d’adhésion de la Corse à l’ensemble national français. Au contraire, chaque année, l’épreuve traverse naturellement de nombreux territoires étrangers à la France. Depuis 1954, Il est même de tradition que le départ de cette compétition internationale, comparable par sa renommée à une coupe du monde de football, soit fréquemment donné hors de France (Donostia 1992, Dublin 1998, Londres 2007, Monaco 2009, Rotterdam 2010, Liège 2012…). La 100eédition qui partira de Portivechju ne déroge pas à la règle.

 

En ce qui concerne la pertinence de l’organisation du Tour de France en Corse : il est indéniable que sa retransmission internationale constituera une mise en valeur sans précédent de notre pays. Pour Corsica Libera, il est évident que la Corse ne pourra en tirer profit qu’à la condition, d’une part, d’arrêter une réelle politique au service d’un tourisme intégré et maîtrisé, et d’autre part, de fixer rapidement des règles de protection de notre patrimoine foncier et environnemental. Faute de quoi, cette promotion à grande échelle de nos atouts naturels ne fera qu’accentuer le processus de marchandisation spéculative de notre terre actuellement à l’œuvre.

 

Durant trois jours, la Corse sera sous les projecteurs des caméras de près de 190 pays et 650 médias. 35 Nations seront représentées dans le cadre de l’épreuve. Cet évènement mondial ne doit être compris comme la simple traversée de deux départements français mais doit permettre l’expression du fait national corse au plan international. Comme le font avec efficacité nos frères basques, les Corses doivent se saisir de cette tribune afin de porter à la connaissance de tous la lutte du peuple corse pour la reconnaissance de ses droits nationaux.

Ainsi, tout en laissant se dérouler l’épreuve sportive, Corsica Libera et l’Associu Sulidarità, se donneront les moyens d’interpeller la communauté internationale durant l’épreuve et appelle l’ensemble des Corses, le long des routes, à manifester leur appartenance à un peuple qui se bat légitimement pour sa survie.

 

Aujourd’hui nous souhaitons solennellement porter à la connaissance de l’ensemble des observateurs les données suivantes :

La Corse de Pasquale Paoli, Nation moderne du siècle des Lumières, fut conquise militairement par la France au XVIIIème siècle qui depuis nie tout droit de notre peuple à la souveraineté. Cependant, l’existence d’un puissant sentiment national constitue un continuum historique jamais démenti, incarné depuis près de quarante ans par la revendication nationaliste moderne.

Aujourd’hui, les organisations du mouvement national représentent en Corse 36% de l’électorat. Dans le même temps, de nombreux élus de la classe politique dite traditionnelle s’approprient les revendications fondamentales du nationalisme corse.

Actuellement, un processus politique est en cours. Il vise à adopter des mesures salutaires en matière d’officialité de la langue corse (adopté à l’unanimité des votants de l’Assemblée de Corse en mai dernier), de foncier (accès à la terre réservé aux citoyens corses résidant depuis 10 ans afin de lutter contre les phénomènes de spéculation et de dépossession foncière), de fiscalité, de pouvoirs normatifs renforcés. Une majorité forte se dégage sur ces questions à l’Assemblée de Corse où siègent les représentants légitimes de toutes les composantes du peuple corse. La France devra nécessairement tenir compte des délibérations à venir, sans quoi, elle sombrerait à nouveau dans le déni de démocratie le plus total.

Enfin, nous attirons l’attention de la communauté internationale sur la situation des prisonniers politiques corses incarcérés en France au mépris des lois dont la libération devra impérativement faire partie de la résolution politique du conflit.

 

Intantu, a Corsica, Nazione libera di u Mediterraniu indirizza tanti auguri à i participanti durante sti trè ghjorni.

WELCOME TO CORSICA

FREE CORSICA – CORSICA IS NOT FRANCE

Partager cet article
Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 10:55

Ponte-Novu-copie-2.jpg

 

ttp://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/8-mai-1769-la-defaite-de-paoli-a-ponte-novu-livre-la-corse-a-la-france-le-debut-des-emmerdes-08-05-2013-1664585_494.php

 

Leghjite appena què!

Una disfatta à unu contru à dece...À unu contru à cinque, i manghjavamu. Cum'è in Azincourt (1415): 20.000 à 30.000 Francesi sterminati da 5000 suldati inglesi ! Ponu parlà di e disfatte chì sò specialisti, da Alésia à Diên Biên Phu...

È ancu quella famosa “victoire de Marignan” (1515): eranu 30.000 Francesi contru à 20.000 Svizzeri è anu avutu bisognu di l'appoghju di i Veniziani per piglià a suprana! Eppò, dece anni dopu, ci hè stata a dirotta di Pavia (1525)…

In quant'à u mare, l’unica battaglia navale vinta da a Francia hè stata quella contru à u "Pasquale Paoli" di a SNCM! Vai puru!

E sole vittorie impurtante chì elli anu avutu i Francesi, ghjè quandu i cumandava quellu Aiaccinu... È tandu filavanu!

Partager cet article
Repost0
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 19:16

joseph_colombani-copie-1.jpg

L’élection de Joseph Colombani à la présidence de la Chambre régionale d’agriculture constituera à n’en pas douter un événement de la plus haute importance. Président de la FDSEA, mais surtout militant indépendantiste et vice-président de la Ghjunta de Corsica Libera, ce militant historique a livré tous ses combats avec une détermination inaltérable.

Tenant d’un syndicalisme plutôt énergique, il prit régulièrement la tête d’opérations menées avec fermeté. Pour autant, il ne fit jamais preuve d’irresponsabilité, se refusant à tourner le dos au dialogue ou à porter atteinte à l’intégrité ou à l’honneur de l’adversaire. Ayant eu de multiples occasions de participer à sa défense devant les juridictions correctionnelles, nous pouvons témoigner de la constante clarté de son engagement politique et syndical, clarté qui mit souvent mal à l’aise les magistrats chargés de le juger.

Outre ses compétences, c’est cette sincérité et cette détermination qui viennent d’être reconnues par ses pairs.

Quant à l’Administration française, les mots de félicitations prononcés par les plus hauts de ses représentants en Corse sonnent un peu comme l’hommage du vice à la vertu, nous ne parlons pas ici des personnes mais de l’Etat qu’elles représentent.

Les honneurs n’ayant aucunement fait oublier  à Joseph – pas même un instant – le parcours qui a été et qui demeurera le sien, il devait, dans son discours de prise de fonctions, dédier sa victoire aux regrettés Roger Simoni, Alain Venturini et Ange-Marie Tiberi…

Chacun se rappelle ce que le nationalisme moderne doit au monde rural, et au Fiumorbu en particulier. Il est donc particulièrement bien venu, aux plans politique et symbolique, qu’un militant en étant issu devienne le premier représentant de l’agriculture corse.

En outre, cette élection – comme du reste celle de Dumè Ferrari au Bâtonnat d’Aiacciu – nous livre un enseignement à méditer : pour accéder aux responsabilités, il n’est pas nécessaire d’édulcorer son discours, de laisser ses convictions au vestiaire, ou de montrer patte blanche au système…

 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 21:08

drapeau corse

Dans quelques semaines, l’Assemblée de Corse doit être saisie d’un projet de réforme incluant notamment des propositions en matière d’officialité de la langue corse, de fiscalité, d’architecture institutionnelle, ainsi que de foncier, questions ayant fait l’objet ces derniers mois d’un important travail en commission auquel Corsica Libera a apporté une contribution déterminante. Notre mouvement rend aujourd’hui publique sa position sur la question de la lutte contre la dépossession en matière immobilière.

La revendication que nous défendons depuis plusieurs années et que nous avons été la seule formation à porter à l’occasion de la campagne des territoriales de 2010 est connue : il s’agit d’une citoyenneté fondée sur 10 années de résidence dans l’île, comme condition pour acquérir un bien immobilier.

Depuis un an et demi, la citoyenneté-résidence a enfin commencé à être étudiée par la Collectivité Territoriale de Corse, compte tenu de la dégradation de la situation en matière de dépossession immobilière et du fait que cette proposition est la seule à permettre de mettre un terme aux dérives spéculatives.

Nous réitérons pour notre part clairement cette proposition, et appelons solennellement l’ensemble des élus corses à s’abstraire de considérations politiciennes ou idéologiques, pour décider enfin la mise en œuvre de la seule mesure susceptible de combattre un fléau qui menace à court terme la pérennité du peuple corse sur sa terre. 

La seule réserve sérieuse ayant été formulée, s’agissant de la citoyenneté-résidence, est le sort des Corses de la diaspora, lesquels ne peuvent par hypothèse satisfaire à la condition de résidence de 10 ans.

Corsica Libera a toujours répondu à cette objection que les Corses vivant à l’extérieur de l’île ne pouvaient être exclus de cette citoyenneté et devraient être intégrés au dispositif  au moyen d’autres critères que la résidence.

Nous avons donc recherché les moyens de cette intégration à travers des critères pertinents et compatibles avec les principes du droit français, afin que Paris ne cherche pas demain de prétextes pour rejeter les revendications corses. Nous sommes à présent en mesure de soumettre au débat des propositions juridiques précises à cet égard. Nous joignons au texte de cette conférence de presse une note technique faisant le point de la question.

Il y a quelques semaines, nous avons saisi de nos propositions le groupe de travail « foncier » de la CTC présidé par Maria Guidicelli, ainsi que les experts mandatés par la CTC. Nous les rendons publiques aujourd’hui, précisant que nous avons l’intention d’en discuter dans les semaines à venir avec les associations de Corses résidant à l’extérieur de l’île.

 

Corsica Libera

 

Note juridique sur la réintégration de la Diaspora dans le dispositif « Citoyenneté-Résidence »

 

Il s’agit de traiter la question de la diaspora dans le dispositif « citoyenneté » ou « résidence ». L’objectif est de permettre aux Corses vivant à l’extérieur de l’île de bénéficier des mêmes droits (achat de terres ou de maisons) que ceux qui peuvent justifier du nombre d’années de résidence requis.

L’idée consiste à appliquer à ce cas la notion d’« intérêts moraux et matériels » déjà utilisée par l’Administration française pour les Départements d’Outre Mer, devenus DROM.

Ainsi, par exemple, la note n° 2129 du 3 janvier 2007 du ministère de la fonction publique relative aux conditions d’attribution des congés bonifiés aux agents des trois fonctions publiques, traite de cette notion.

Par ailleurs, un avis du Conseil d’Etat du 7 avril 1981 apporte des compléments de précisions sur les critères de détermination du « centre des intérêts moraux et matériels ».

Enfin, la jurisprudence administrative a elle-même ajouté des critères à ceux existant déjà, permettant de déterminer ce « centre des intérêts moraux et matériels ».

Parmi les critères retenus par l’Administration, on peut noter en particulier :

-         Le lieu d’accomplissement de la scolarité obligatoire ;

-         Le domicile des père et mère ou à défaut des proches parents, frères et sœurs, grands-parents ;

-         Le lieu de sépulture dans le DOM (DROM) d’origine des ascendants.

On peut citer, à titre d’exemple, les formulaires relatifs aux fonctionnaires de police : (http://www.police.cgt.fr/IMG/pdf_formulaire_conges_bonifies_202012.pdf). Ces formulaires, s’agissant des ascendants, prévoient notamment une case « date du décès et lieu de sépulture ». Les formulaires des autres administrations prévoient également ce critère pour lequel des attestations sont requises.

Il semble que ce type de justificatifs (notamment lieu de naissance et de sépulture des ascendants en ligne directe) serait de nature à permettre de réintégrer les Corses vivant à l’extérieur de l’île parmi les bénéficiaires des droits ouverts par le dispositif « résidence » ou « citoyenneté ».

Il serait envisageable de prévoir une liste de critères, chacun étant affecté d’un coefficient de pondération, de façon à ce qu’un calcul puisse être objectivement effectué. Cela aurait l’avantage de ne pas ouvrir la voie à l’arbitraire d’une commission administrative prenant sa décision sur la base d’un faisceau d’indices, indices par elle appréciés.

La question de la diaspora constituant la principale objection généralement formulée au dispositif « citoyenneté » ou « résidence », il paraît, pour lever cette objection, particulièrement intéressant de faire appel à un tel système, d’autant – faut-il le répéter ? – que l’Administration française l’utilise et y avait déjà recours pour de simples départements : ex-DOM, devenus DROM (et non TOM, actuellement COM). 

 

*********

 

Partager cet article
Repost0
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 22:02

Aurore Martin

Au nom des élus de Corsica Libera, ainsi que de l’ensemble du mouvement,  nous vous adressons nos vœux de réussite pour le congrès de Sortu, nouvelle formation abertzale.

Le peuple basque connaît aujourd’hui une situation riche de promesses. Les patriotes d’Euskadi, nous en sommes convaincus, ne manqueront pas ce rendez-vous avec l’histoire.

L’instrument performant dont ils se dotent ce 23 février 2013 leur permettra de faire face aux enjeux et d’écrire une nouvelle page d’histoire.

Après des décennies de sacrifices, la lutte abertzale prend une forme nouvelle, et éclaire la voie d’un avenir radieux.

Les nationaux corses sont particulièrement attentifs aux efforts déployés par leur amis basques pour construire cet avenir, et réaffirment leur solidarité indéfectible à leur égard.

Gora Euskadi !

Gora Sortu !

 

Pour Corsica Libera,

Jean-Guy Talamoni

Partager cet article
Repost0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 10:55

ass-copie-1.jpg

Pour lire l'article, suivre ce lien: 

http://www.parolesdecorse.fr/?p=544

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 15:48

ass-copie-2.jpg

 

Corsica Libera se réjouit de constater que, comme elle l’avait proposé il y a une quinzaine de jours, la « Coordination pour un statut fiscal corse » a été réactivée sous la houlette d’Alain Spadoni et de Louis Orsini. En effet, cette coordination (aujourd’hui rebaptisée «collectif »), représentative des forces vives de Corse, avait su il y a de nombreuses années organiser une riposte d’ampleur aux attaques contre le régime spécifique de l’île. Par ailleurs, confier à cette structure l’organisation d’une grande manifestation populaire permettra d’éviter toute tentative de récupération politicienne, au moment où il est important d’unir le plus grand nombre de Corses pour sauver notre patrimoine collectif.

 

Nous ne reviendrons pas sur les conséquences prévisibles de la décision du Conseil constitutionnel, car il apparaît aujourd’hui qu’une immense majorité de Corses est parfaitement consciente de l’ampleur du danger qui menace notre peuple. Bien au-delà de notre courant politique, la prise de conscience d’une dépossession programmée se généralise. À ce sujet nous ne pouvons que souscrire à la prévision d’une « colonisation de peuplement par la fiscalité » annoncée par la profession notariale.

 

La position consistant à affirmer que seuls les riches vont être gênés par cette mesure relève, soit d’une totale méconnaissance du dossier, soit d’une mauvaise foi insigne. Cette position est en tout état de cause extrêmement marginale au sein de l’opinion corse.

 

Ce qu’il est en revanche important de constater, c’est que désormais la preuve est largement administrée de la nécessité de réviser la Constitution, même pour traiter cette simple question fiscale. Aussi, nous appelons l’ensemble des élus qui étaient encore hésitant sur cette question à la fin de l’année dernière à s’engager résolument dans cette voie politique, qui est la seule permettant la prise en compte des intérêts corses. Nous enregistrons avec satisfaction les déclarations de certains élus UMP qui se déclarent à présent prêts à examiner la question. Or on sait que la position des élus de droite sera essentielle dans cette perspective de révision constitutionnelle, puisque une majorité de 3/5e du parlement français réuni en congrès est requise pour ce faire.

 

L’adoption rapide d’une mesure transitoire rétablissant l’exonération des droits de succession constitue une absolue nécessité. Cependant, Corsica Libera estime pour sa part que la question de la fiscalité du patrimoine devra s’inscrire dans celle, plus large, d’un véritable statut fiscal corse, cohérent et orienté vers le développement productif et la justice sociale. Il est par exemple urgent de remettre à plat le régime actuel de la fiscalité indirecte, la CTC bénéficiant du produit d’impositions destinées à perdre considérablement de leur ampleur dans les années à venir : TIPP, fiscalité des tabacs…

 

Corsica Libera a à cet égard formulé dans son projet Corsica 21 des propositions précises, allant notamment dans le sens de la« territorialisation des impositions » (transfert à la CTC du produit des impôts payés par les Corses), ce qui constitue une démarche de responsabilité de notre communauté nationale.

 

Enfin, la question fiscale devra elle-même être replacée dans le cadre général du développement économique, social et culturel de la Corse, ce qui implique un projet global et audacieux de réforme, traitant également la question du pouvoir normatif de l’Assemblée, la question de la langue et la question foncière, cette dernière ne pouvant trouver de solution satisfaisante qu’à travers une citoyenneté corse fondée sur 10 années de résidence.

 

Toutes ces questions nécessitant, tout comme la question fiscale, une révision de la Constitution française, l’Assemblée territoriale, puis les Corses eux-mêmes consultés par référendum, auront à se prononcer sur cette réforme globale, afin que le gouvernement français soit placé face à ses responsabilités.

 

La grande manifestation dont nous avons préconisé l’organisation dès la décision du Conseil constitutionnel doit, par son ampleur, constituer le point de départ d’une mobilisation populaire qui trouvera son aboutissement dans quelques mois, à travers le référendum organisé par la CTC.

 

Par ailleurs, Corsica Libera a pris acte de la position publiquement affirmée par le FLNC, lequel a su placer sa prise de position à la hauteur des enjeux historiques marquant la situation actuelle.

 

Corsica Libera

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Jean-Guy Talamoni
  • : Jean-Guy Talamoni est avocat. Président de l'Assemblée de Corse, il a publié deux ouvrages politiques, "Ce que nous sommes" (Ramsay/DCL, 2001) et "Libertà" (2004), ainsi que trois livres sur la langue corse.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Liens