Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 07:26

Dans cet étrange « procès », où le parquet reprochait à une dizaine de prévenus un délit imaginaire, il y aura eu quelques moments à retenir.

Outre la série de plaidoiries des avocats de la défense, qui ont témoigné de la qualité du barreau corse, et les réquisitions de l’avocat général, qui confirmèrent sa consternante déloyauté, on retiendra une phrase, extraite du dossier. Elle émane de l’épouse du gardien de Christian Clavier : « J’ai entendu parler corse, ce qui est assez inhabituel en cet endroit. »

Ces quelques mots, prononcés sans doute sans penser à mal, confirment – non sans ingénuité – l’ampleur du problème. Sur ce morceau de terre corse, on n’entend plus jamais, désormais, un seul mot en langue corse !

Et cela paraît naturel à tous, y compris et surtout au promoteur du lotissement, pourtant d’origine insulaire.

Il est vrai qu’entre être et avoir, il a choisi depuis longtemps.

S’étant résolument placé du côté de ceux qui couvrent ses turpitudes, il couvre les leurs. Echange de bons procédés.

Ainsi, dès les premières heures de l’affaire Clavier, il avait justifié par avance la répression qui ne manquerait pas de frapper ses compatriotes, évoquant même publiquement, pour les besoins de sa cause, des dégradations ainsi que d’autres délits qui n’ont jamais existé…

Ce faisant, il ouvrait la voie à la procédure kafkaïenne qui connaît aujourd’hui son épilogue à Bastia.  

 

Jean-Guy Talamoni

 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-guy talamoni - dans Articles politiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Jean-Guy Talamoni
  • Jean-Guy Talamoni
  • : Jean-Guy Talamoni est avocat. Président de l'Assemblée de Corse, il a publié deux ouvrages politiques, "Ce que nous sommes" (Ramsay/DCL, 2001) et "Libertà" (2004), ainsi que trois livres sur la langue corse.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens