Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 19:19

Longtemps, je fus « anti-européen ». (…) Pour moi, pour nous, l’Europe était un mot qui ment.

Edgar Morin, Penser l’Europe.

 

L’Europe qui se construit de nos jours n’est certainement pas celle que nous appelons de nos vœux : les aspirations des pouvoirs financiers qui la dirigent sont aux antipodes des nôtres, l’hystérie sécuritaire des politiques qui la représentent nous fait horreur.

Où est-elle donc, cette Europe des droits de l’homme dont on a rebattu les oreilles de générations d’étudiants, lorsque l’on condamne impunément un innocent dans l’un de ses états membres ? Comment peut-elle se satisfaire de procédures dont la longueur et le manque d’efficacité rendent l’existence de recours plus théoriques que réels ? Pourquoi accepte-t-elle sans sourciller les fichages ADN, la multiplication des caméras de surveillance qui rendent illusoire la notion même de vie privée, les juridictions d’exception qui, par leur seule existence, portent une atteinte irrémédiable aux droits de la personne humaine ? Quelle prétention peut-elle avoir en matière de droits de l’homme et de libertés fondamentales quand, à cet égard, sa « Convention » reste largement lettre morte et son unique réussite demeure le « mandat d’arrêt européen » ?

Où se cache-t-elle, cette Europe sociale dont on nous a fait rêver, quand la fracture ne cesse de s’élargir, lorsque les « patrons voyous » sont les seuls à ne pas supporter les conséquences de leurs turpitudes, quand des intérêts privés liés au pouvoir politique s’emparent, pour des sommes dérisoires, de compagnies publiques (Cf. affaire de la SNCM) ? Que fait-elle lorsque l’on engage des poursuites pénales pour réprimer une action syndicale parfaitement légitime ?

Non, décidément, cette Europe de la finance et de la police n’est pas la nôtre…

Pour autant, ce constat doit-il nous conduire à devenir anti-européen ?

Certainement pas, si l’on considère que l’Europe actuelle souffre surtout de ne pas être suffisamment elle-même, de ne pas avoir su - ou pu - s’émanciper de ces états-nations « à la française », selon la désignation que leur appliquent les politologues. Ces derniers n’ont jamais laissé s’épanouir le principe communautaire dit de « subsidiarité » qui aurait pu donner la parole - et le pouvoir - aux peuples. Ceux qui, comme nous, pensent qu’un autre monde est possible, pensent également qu’une autre Europe peut advenir.

C’est dans cet esprit, et cette perspective, que doivent œuvrer les nations sans état du vieux continent, avec les forces politiques et sociales qu’elles auront su générer, pour ébranler l’ordre financier et policier européen.

Et bâtir, demain, l’Europe des peuples.   

 

Jean-Guy Talamoni

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-guy talamoni - dans Articles politiques
commenter cet article

commentaires

Edwin Majchrzak 02/12/2016 16:46

Monsieur Talamoni,

J'ai une très mauvaise nouvelle pour vous et tous ceux qui nous lisent.

Le sens réel du mot "démocratie", son histoire, son origine socio-systémique et son étymologie, n'ont jamais reconnu le pouvoir au peuple, il désigne premièrement celui qui est apte au pouvoir. et ensuite le peuple, oui, mais les notions d'état, d'empire, de continent ou de mondialisation ne feront jamais de lui une communauté de citoyens, ces derniers ayant toujours représenté l'oligarchie. ses institutions, son armée et son économie.

L'Europe, un mot qui ment étymologiquement, elle signifie contrôle et expansion, ce qui est fondamentalement incompatible avec la paix, la liberté et la communauté (société).

Elle nous ment car, contre toute attente, elle toujours le continent le plus puissant du monde, ce sont ses idéologies, ses sciences, ses technologies, son économie, ses ressources, sa logistique, son colonialisme, ses religions, sa pollution, et son heure... oui, le monde est toujours à l'heure de l'Europe en 2016!

Paix et Harmonie

E.

baldacci 03/05/2009 02:45

la je suis contre la france paye de forte amende à l'europe car elle refuse la decentralisation et l'independance des region dite a se jour semi autonome
elle doit
donner une armer lors de l'independance
aider le pays a se developper economiqement
fonder des infrastructure et des locaux pour y loger ses armer
voila 3 points majeurs et il en y en a d'autre que l'europe veut que la france face pour 20 des regions a se jours

estrimei 01/05/2009 20:07

per disgrazia , so i Paesi suttumessi à l'America (otan) chi hanu u putere e s'opponeranu sempre a so ch'omu chjama e nazioni senza statu .D'altronde u sistema eletturale he fattu di manera a so chi a Corsica un possi avè una ripresentazione raggiunevulle .
démucrazia e ghjustizia so parulle chi in Francia si meritanu sempre virgullette("")

Présentation

  • : Jean-Guy Talamoni
  • Jean-Guy Talamoni
  • : Jean-Guy Talamoni est avocat. Président de l'Assemblée de Corse, il a publié deux ouvrages politiques, "Ce que nous sommes" (Ramsay/DCL, 2001) et "Libertà" (2004), ainsi que trois livres sur la langue corse.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens