Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 23:05

« Liberté, égalité, fraternité », prônez toujours ces valeurs, mais tôt ou tard vous verrez apparaître le problème de l’identité. Où est la fraternité ? Pourquoi ne l’a-t-on jamais connue ? Précisément parce que la France n’a jamais compris le problème de l’identité. »

 

Aimé Césaire, Nègre je suis, nègre je resterai, Albin Michel, 2005, p. 37.

 

Les indépendantistes polynésiens s’installent solidement au pouvoir.

Les Martiniquais et les Guadeloupéens ont retrouvé les voies de la révolte.

Les Guyanais et les Réunionnais s’y préparent.

Les Corses assistent pour leur part au procès de l’un des leurs, pris dans les filets d’un système judiciaire dévoyé, aux mains de faussaires et de truqueurs.

Cette actualité rappelle à tous les peuples encore sous tutelle française l’impérieuse nécessité d’exiger d’une même voix le respect de leurs identités nationales et de leurs droits, tels qu’exposés en août 2006.

 

 

 

DÉCLARATION DE CORTI

DES NATIONS SANS ÉTATS SOUS TUTELLE FRANÇAISE

5 AOUT 2006

Nous, organisations des peuples Basque, Catalan, Breton, Corse, Guyennais, Martiniquais et Polynésien, en vertu du droit international et par référence à la résolution 1514 des Nations Unies et à la charte des droits civils et politiques des Nations Unies de 1966, nos déclarons solennellement le caractère imprescriptible et inaliénable des droits suivants :

1) Droit de mettre en œuvre, dans la cadre d’un statut officiel, le développement de nos langues et nos cultures.

2) Droit de promouvoir et de maîtriser notre développement économique et social.

3) Droit à la reconnaissance comme peuple et comme nation.

4) Droit à l’autodétermination.

5) Droit de mettre en œuvre un processus de décolonisation.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-guy talamoni - dans Articles politiques
commenter cet article

commentaires

David 17/02/2009 06:36

Bonjour
Je ne connaissais pas l'existence de cette déclaration, merci de me l'avoir fait découvrir !
Elle va tout à fait dans le sens de ce manifeste rédigé par 9 intellectuels antillais sur le monde d'hier, qui invite la guadeloupe à se débarrasser de ses archaismes coloniaux, de la dépendance, l'assistanat, la violence économique, pour voir émerger une nouvelle société : http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-823448,50-1156114,0.html

Bravo pour votre blog
A bientôt
David

jean-guy talamoni 17/02/2009 08:10


Merci pour votre commentaire. J'ai eu connaissance de ce manifeste, tout à fait remarquable. À lire, absolument. À prestu.


ysabel 16/02/2009 21:06

merci de votre réponse rapide et de vos éclaircissements. je comprends mieux en effet les problèmes que votre île traverse.

ysabel 16/02/2009 02:29

bonjour, je suis arrivée par hasard sur votre blog. Je ne connais rien à la politique mais j'aimerai bien comprendre
ce que l'indépendance de la Corse apporterai à votre île que je n'ai pas l'honneur de connaitre personnellement mais dont j'ai eu des aperçus par une amie Corse. Je vous rassure, je n'ai aucun avis particulier, mais comme je vis en Guadeloupe, je ne peux m'empecher de faire un rapprochement avec la Corse. Car, j'essaie d'imaginer la Guadeloupe sans les administrations françaises: sécu, caf, assedic, anpe... la guadeloupe ne s'en sortirait pas... enfin, à mon humble avis...
Si vous pouviez écrire un article pour m'éclairer sur les bienfaits de l'indépendance en Corse, ça m'aiderai à comprendre. Merci de votre attention.

jean-guy talamoni 16/02/2009 08:57


Bonjour,
La question que vous posez mérite plus qu'une dizaine de lignes, mais je vous présente quelques éléments de réflexion:
1°/ La politique française en Corse a fait faillite: à très court terme, les Corses seront ruinés et contraints de quitter leur pays;
2°/ La Corse n'est pas pauvre mais a été apauvrie par la France: elle a un cadre naturel exceptionnel, de l'eau en abondance ce qui est rare en Méditerranée, un peuple au sein duquel il existe
de nombreuses compétences, une diaspora qui peut être mobilisée, une culture originale ce qui est aussi une richesse économique...
3°/ Aujourd'hui, les Corses ne peuvent plus accèder à la propriété, ni à l'emploi, la politique française entraînant une démarche de spoliation;
Pour obtenir de plus amples informations, vous pouvez vous reporter au site "Unità Naziunale", ou à celui du journal "U Ribombu".
Enfin, s'agissant de la Guadeloupe, il convient d'observer que la situation actuelle n'est que le résultat de la politique coloniale, qui malheureusement se perpétue sous des formes un
peu moins brutales mais tout aussi nocives.
Merci pour votre commentaire. À bientôt. 

 


Présentation

  • : Jean-Guy Talamoni
  • Jean-Guy Talamoni
  • : Jean-Guy Talamoni est avocat. Président de l'Assemblée de Corse, il a publié deux ouvrages politiques, "Ce que nous sommes" (Ramsay/DCL, 2001) et "Libertà" (2004), ainsi que trois livres sur la langue corse.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens